Bickart Raphaël

Oh la vache

De récentes actions d’associations telles que L217 ont dénoncé les conditions d’abatage des animaux. Nous avons été nombreux à nous indigner mais nous continuons à manger de la viande. Parce que le processus entre l’animal et le consommateur a été dilué, par commodité, et parce que malgré tout on aime les animaux, nous occultons bien souvent qu’avant d’être un steak dans notre assiette, il y avait un animal dans sa prairie.