Joannes Amandine

Here comes the boogeyman

La mélancolie, l’angoisse, la douleur, l’étrangeté, l’objet fétiche et la nostalgie de l’état d’enfance sont des thèmes récurrents dans les travaux d’Amandine Joannès. À cela se prolongent la place de la mémoire familliale et celle du foyer et des rôles qui s’y jouent. La mémoire hantée par l’enfance est toujours présente en arrière plan. C’est d’avantage les restes de l’enfance qui l’intéressent que l’enfance elle même. L’architecture de ses photographies repose sur l’enfant intérieur blessé dans l’adulte et sur le vase communicant entre ceux-ci. Amandine pose son regard sur le monde intuitif, les traces de la pensée magique, le lien, dans l’enfance, encore intacte avec un monde animiste.