Bloncourt Gérard

L’Usine à Prévert

L’Usine à Prévert donne à voir, dans les années 50 à 70, hommes et femmes au travail, à l’usine, à la mine, en plein labeur. Muscles tendus dans l’effort, « force de travail » vendue contre un maigre salaire, mains calleuses d’un vieil ouvrier : des images en noir et blanc puissantes et denses comme des coups de poing. Comme Prévert, Gérald Bloncourt a pris parti pour ceux qu’il photographie en revendiquant un « regard engagé », un « œil en colère » contre l’injustice mais ce regard se fait tendre pour ceux qui la subisse.

 

Né en Haïti en 1926, jeune artiste, peintre et poète, Gérald Bloncourt est expulsé de son pays à 20 ans, après avoir été un des leaders de journées révolutionnaires. Débarqué en France en 1946, il devient reporter-photographe, d’abord pour L’Humanité puis comme indépendant, tout en continuant à peindre, écrire et militer. Il reverra Haïti en 1986, à la chute de Duvalier, après 40 ans d’exil, et y fera de nombreux séjours. Il meurt à Paris le 29 octobre 2018.