Bory Aglaé

Les Passe-Murailles

Ce sont des portraits d’hommes soudanais du peuple Massara.
Ils sont exilés politiques ou demandeurs d’asile en France.
Ils ont fui leur pays qui opprime et persécute ces populations du Darfour.
Leurs parcours migratoires furent longs et difficiles. Certains sont toujours en attente de papiers après des mois et de multiples recours.
Ils vivent dans cet entre-deux, ce sas interminable entre l’exil et l’asile.
Ils sont tour à tour les invisibles victimes de notre cécité et des intrus dont la présence et le dénuement ostentatoires provoquent le rejet et le mépris.
Ils sont les rescapés d’une guerre civile dans laquelle des populations sont décimées dans l’indifférence générale.
Là-bas comme ici, ils luttent contre l’invisibilité.
Mais leurs voix se perdent dans le silence et leurs corps s’effacent dans les murs de nos villes.

 

Après avoir étudié l’histoire de l’art à l’université d’Aix-en-Provence et la photographie à l’École Nationale de Photographie d’Arles, Aglaé Bory vit et travaille depuis quinze ans à Paris où, en marge de son travail personnel, elle collabore régulièrement avec la presse et des agences de communication. Le travail  photographique de Aglaé Bory se situe entre documentaire et fiction, autour de la figure humaine à travers le portrait, l’autoportrait et les paysages humains. La photographie donne à voir, montre, fixe. Aglaé Bory cherche à voir ce qui ne se voit pas, à montrer ce qui est caché, à fixer ce qui est volatile.