Bourelly & Tixier

Shan Shui

Depuis l’antiquité dans la culture chinoise, l’observation de la nature a été élevée au rang d’art. La peinture traditionnelle Shan Shui, littéralement traduite par “Montagne – Eau”, perpétue l’hommage aux cours d’eau et aux montagnes. Aujourd’hui, les régions du centre de la Chine, irriguées par le Fleuve Jaune et les zones escarpées, défient ces traditions. Au cœur des enjeux gouvernementaux où se développent une industrialisation et une urbanisation en pleine expansion, elles concentrent les défis. C’est ici qu’ont eu lieu les principales pollutions de ce fleuve, pourtant connu dans l’Antiquité sous le nom de “Rivière Mère”. C’est également dans ces régions que le gouvernement chinois a entrepris l’aplanissement de nombreuses montagnes pour faciliter le développement urbain et économique.

 

Nés en 1980 et 1984, Sébastien Tixier et Raphaël Bourelly sont des photographes autodidactes. Leurs travaux précédents sur les changements du Groenland et l’urbanisation Sud-Coréenne ont fait l’objet de plusieurs prix et ont été exposés en festivals et galeries. Fin 2015, ils travaillent ensemble pour la première fois, pour aboutir à leur dernier projet en date : “Shan Shui”.