d’Aboville Laetitia

J'y vais exprès pour tondre les noix

« Fin 2014. Diagnostic. Ni lui, ni personne n’accepte de l’entendre puisqu’au début, cela ne ressemble pas à une maladie. Au début, ça passe juste pour de la vieillesse.
Je l’ai d’abord suivi dans son quotidien pour comprendre. Observer les indices du normal et de l’anormal. Je savais qu’il fallait que j’attrape ce qui ne s’était pas déjà envolé.
Mais je savais qu’un style documentaire ne suffirait pas.
Et puis j’ai eu envie de mêler ma vision et la réalité. J’ai mis en scène ses objets du quotidien et photographié un bout de sa disparition. »