Sharrock Chloé

Chloé Sharrock est née en 1992, elle est diplômée en histoire du cinéma à Paris VIII et spécialisée en esthétique et réalisation documentaire. En 2017, elle décide de se consacrer pleinement à la photographie et notamment au journalisme.
Après une année dédiée à différents projets autour des femmes libanaises, syriennes et palestiniennes, Chloé crée l’association « Alhawiat », pour la promotion du rôle des femmes dans la reconstruction des sociétés post-conflit au Moyen-Orient notamment à travers des cycles de conférences. En 2018, elle rejoint l’Agence Pictorium.
Son travail a depuis été exposé à Visa Pour L’image, au Kawasaki Peace Museum et au Salon de la Photo à Paris. Ses images ont été publiées dans la presse internationale (Newsweek Japan, Washington Post, Causette, Le Temps, Neue Zurcher Zeitung…).

Les cendres de Raqqa

Le 15 mars 2011, les premières étincelles de la révolution font gronder la Syrie. Très vite, les révolutionnaires s’arment face à un régime qui réprime le soulèvement dans le sang.  À Raqqa, il faut attendre le printemps 2013 pour que la foule, en liesse, renverse enfin les statues dédiées au despote Bachar Al-Hassad. Elle sera d’ailleurs la première capitale provinciale à tomber aux mains de l’opposition. L’euphorie sera cependant de courte durée : l’Armée Syrienne Libre est très vite absorbée par les djihadistes du Front Al-Nusra, eux-mêmes remplacés en 2014 par le groupe Etat islamique. Raqqa devient alors la capitale du califat.   En 2017, l’offensive finale lancée par la coalition internationale et les Forces Kurdes sera certes victorieuse, mais pas à n’importe quel prix :  détruite à 80%, Raqqa n’est plus qu’un vaste amas de misère et de poussière.   Le drapeau noir de Daesh qui flottait sur la ville a depuis été remplacé par celui des Forces démocratiques syriennes,  mais que reste-il vraiment de Raqqa ?  Parmi les décombres de la ville, la vie repousse comme une mauvaise herbe entre les fissures  d’un sol trop sec. Raqqa, dix ans après, se relève péniblement. 

Informations pratiques

Jardin Villemin

6 Rue des Récollets
75010
Paris

Jardin Villemin

Adresse :

6 Rue des Récollets
75010
Paris

Horaires :

Tous les jours

Transports :

Métro
- Gare de l'Est - M°4 / M°5 / M°7

Bus
38, 39, 46, 47, 56

Velib
- Station 10015, 46 rue Lucien Sampaix
- Station 10016, 29 rue des Récollets
- Station 10023, 1 avenue de Verdun

Accès handicapé : Oui